Sous l’empire des ombres (titre anglais : The Wolf in Winter)


Auteur : John Connolly


Né en 1968 à Dublin, a exercé divers métiers avant d’écrire à plein temps, surtout connu pour la série

de romans noirs dont le détective est Charlie Parker. Le premier livre de cette série a été publié en

1999-en France en 2001-et a obtenu le prestigieux Shamus Award. A ce jour, 18 volumes ont été

édités et celui-ci est le douzième.


On peut rapprocher l’oeuvre de John Connolly de celle de James Lee Burke : langue soignée,

atmosphère angoissante, très bonne évocation de l’environnement ; de plus, tous les deux

introduisent souvent une dose de surnaturel dans leurs intrigues.


Charlie Parker : pour lui, le mal est bien réel et il s’attaque à lui avec rage, en particulier parce que sa

femme et sa fille ont été assassinées. Il est secondé par deux tueurs à gages, dont les échanges

savoureux apportent une touche d’humour à ce roman par ailleurs bien noir.



L’intrigue :

Alors que Charlie Parker commence une enquête sur la disparition de la fille d’un

marginal, ce dernier est découvert mort. Charlie Parker ne croit pas à la thèse du suicide ; ses

recherches le conduiront à Prosperous, ville du Maine.

Cette ville où tout semble aller bien, et dont les habitants sont prospères, comme l’indique

son nom, est dirigée par un Conseil de personnes plutôt âgées, apparemment unies, déterminées à

conserver la prospérité de leur ville, ses lois, ses traditions, la sécurité pour tous ; et ce, par tous les

moyens.


On comprend assez vite que sous ce mode de vie paisible se cache un terrible secret; les

habitants vénèrent un « dieu nature », dans une église très ancienne rapportée pierre par pierre

d’Angleterre il y a des siècles par les fondateurs de la ville, leurs ancêtres. Ce Dieu exige des sacrifices

pour continuer de protéger la ville et d’assurer sa prospérité et le bien-être de tous.

Charlie Parker parviendra, avec l’aide de ses co-équipiers et d’informateurs, à prouver que

le marginal a été assassiné et à résoudre l’énigme de la disparition de sa fille. Sa détermination et la

résistance des Conseillers de Prosperous génèrent beaucoup de violence, de morts et de

destructions.


Avis :

Point négatif :

Enquête complexe, où apparaissent des personnages récurrents de la série, ce qui peut gêner la compréhension au départ.


Points positifs :

Belle galerie de personnages, très bien campés.

Pas un moment d’ennui, le lecteur est happé par l’histoire

mouvementée, haletante.

L’auteur s’intéresse et nous intéresse au monde des sans-abris, à leurs

difficultés, aux centres d’accueil. Il prend le temps de nous faire part de ses réflexions sur l’existence,

ses valeurs.


Au cœur de l’intrigue, la communauté de Prosperous, très fermée, qui craint toute ingérence, qui fonde son mode de vie sur le respect des dogmes d’une religion venue d’Angleterre jadis, ancre ce roman dans la culture américaine, tout particulièrement dans l’histoire des premières colonies établies à l’est.


En conclusion :

Livre intense, violent, parfois macabre, qui plaira aux amateurs de romans noirs, bien écrit, une bonne lecture.


> Allez voir la sélection de livre du club de littérature pour 2020

Posts Récents
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Instagram
Posts à l'affiche

© 2017 by Orléans-Wichita New Orleans and Inès CANUT