Avis sur "My absolute Darling" de Gabriel Tallent, vu au club de littérature


Cette " Absolute Darling " c'est Julia ou Turtle comme elle aime se faire appeler. A 14 ans, elle est "l'amour absolu" de son père Martin.


Un drôle d'amour en effet entre ces deux êtres. Ils vivent seuls, la mère est décédée étrangement. Martin entraîne sa fille au maniement des armes (elle est spécialiste !), la soumet à un entraînement extrême ayant pour finalité sa survie dans un monde qui ne peut se diriger que vers sa perte. Accessoirement, il commet aussi l'inceste régulièrement sur elle.


Voilà, le ton est donné. La petite fille, dont le corps et l'esprit ont été façonnés par cet homme manipulateur, tiraillée entre l'amour et la haine, tentera de s'extirper de son emprise de la seule manière qu'elle connaisse : la violence extrême.


Ce roman, que son auteur à rédigé durant 8 ans, est violent, jusqu'à l'impensable. Son écriture fascinera ou rebutera, au choix. Elle est clinique, précise, jusqu'au-boutiste. La nature, chère à l'auteur, est décrite dans ses moindres détails, presque comme un traité de botanique. Elle est magnétique, dangereuse, fascinante, comme pourra l'être pour certains lecteurs le personnage de Turtle, gamine aussi dure que malmenée par la vie.


Pour ma part, je suis mitigée car la violence est omniprésente, autant verbalement que physiquement mais l'écriture est par moments magnifique et impressionnante de précision.

Posts à l'affiche